SUDOUEST.COM
/gironde
Mardi 05 Mai 2009 | Sainte Judith
RetourAgrandir la policeDiminuer la policeLire les commentairesEcrire un commentaire

Lundi 04 Mai 2009

BÈGLES, ENTREPRISES. Jean-Christophe Jullien créer Cryobois, société spécialisée dans l'élimination par le froid des parasites du bois

Le gel bien commode

Jean-Christophe Jullien. ( photo «Sud Ouest»)
Jean-Christophe Jullien. ( photo «Sud Ouest»)

Dans le frigo de Jean-Christophe Jullien, il y a un coffre ancien, un masque africain, des portes de placard, une petite marine à l'huile encadrée, un fauteuil, des livres anciens. Et encore de la place.

C'est l'un des premiers lots de meubles que cet entrepreneur, tout juste installé à Bègles, s'apprête à débarrasser par le froid de tous ses parasites xylophage. « À moins 23°, on tue les insectes, les larves, les oeufs. C'est radical. Et c'est garanti dix ans », explique-t-il.

C'est nouveau, en tout cas en Gironde. « Exclusif », par contrat. Jean-Christophe Jullien, créateur de la société Cryobois (1) est le premier en Gironde et l'un des premiers en France à exploiter sous licence cette technologie mise au point il y a une dizaine d'années par un entrepreneur basque espagnol, Pello Jauregui.

Conteneur réfrigéré

Nouveau mais pas tout à fait : « Beaucoup de gens font la même chose dans leur congélateur. Par exemple les animaux empaillés ! », remarque Jean-Christophe Jullien. Mais pour le piano ou l'armoire de grand-mère, c'est autre chose. Le conteneur réfrigéré de Cryobois est conçu pour ça.

Il y faut quand même quelques précautions. Abaisser la température prend 8 heures, mais il faut 20 heures pour la remonter, avec contrôle de l'humidité, de crainte de chocs thermiques. Mais l'électronique y aide.

Jean-Christophe Jullien a plus d'un argument au frigo : ce Palois de 45 ans, a lancé sa société au sortir d'un poste à FCBA (l'Institut forêt bois-construction cellulose ameublement), dans des missions de contrôle technique qualité et de certification.

Un peu de chimie

Un tel CV donne de l'autorité à ses propos. « Le traitement par le froid est plus rapide, plus efficace, n'altère pas le bois et n'utilise pas de produits toxiques ». Un miracle écolo ? Pas tout à fait. Puisqu'une fois l'insecte liquidé, il faut l'empêcher de revenir. Et là, pas de miracle : la chimie est le seul rempart. « Mais il suffit d'un léger voile, en insistant sur les assemblages, que j'effectue ». Il utilise un produit « label vert », mais reconnaît : « Ces produits ne sont jamais anodins ».

Cryobois vise d'abord le marché des particuliers. Les tarifs sont variables, en fonction notamment du traitement de protection plus ou moins long. « 94 euros pour une commode, 53 euros pour une chaise », cite le patron de Cryobois. Et il faut y ajouter le prix du transport, si on n'apporte pas soi-même ses objets, boulevard Jean-Jacques-Bosc.

Jean-Christophe Jullien vise aussi le marché des musées, porteur en Espagne. Le patron de Cryobois se donne un an pour créer son marché.

(1) Cryobois. Parc d'activité Georges-Petit. 80 bis, boulevard J.-J.-Bosc. 33130 Bègles. 05 56 89 83 55. www.cryobois.fr.

Auteur : GILLES Guitton

Tags : Bordeaux Rive Gauche Environnement Nature bègles Rive gauche